Le bâton de parole

Le bâton de parole

Avec le bâton de parole, je signifie que j’ai quelque chose à dire et que je souhaite être entendu·e sans être interrrompu·e, ni dans ce que je dis, ni même dans mes hésitations, mes tâtonnements ou mes silences.

Le bâton de parole a son utilité dans tout échange, à la table familiale, dans les groupes de parole et même dans les réunions professionnelles ou associatives. Il est bien sûr de mise dans toutes les sessions de formation à la Méthode ESPERE®

Lors d’une conversation à deux ou plus, lors d’une réunion ou d’un groupe de formation, le bâton de parole sert à réguler la prise de parole et sa circulation. Celui qui s’en saisit prend la parole et la garde jusqu’au bout de son propos sans être interrompu. Il le passe à qui demande la parole à sa suite ou bien il le repose et le laisse à qui veut parler à son tour. Tant que quelqu’un tient le bâton de parole, les autres l’écoutent et ne l’interrompent pas, ils n’interviennent pas non plus dans ses temps silence.

Une fois ces règles d’usage définies et admises, le bâton de parole facilite grandement la distribution de la parole et l’écoute.

« Simple objet, genre cuillère en bois, racine ou bois sculpté qui visualise la prise de parole.

Celui qui parle ne peut être interrompu.

Celui qui s’exprime ne peut parler sur le précédent.

Comme dans les rituels ou les jeux d’enfants, le bâton de parole peut introduire le possible d’une expression, et notamment matérialiser le passage de l’impression à l’expression »
Jacques Salomé, Heureux qui communique, Illustration de Françoise Malnuit, 1993)

Comment utiliser le bâton de parole ?

« Quand je prends et que j’ai le bâton de parole, je peux dire ce que je sens, ce que j’ai vu, ce que je pense et même ce que je sais !

Le bâton de parole signifie que j’ai quelque chose à dire et que je souhaite être entendu. […]

Quelques principes de base autour du bâton de parole

  • Le bâton de parole s’inspire de rituels africains et amérindiens.
  • Il signifie que celui qui le prend […] demande écoute, attention, respect.
  • La personne qui le prend à sa suite […] se limite à énoncer son ressenti ou ses propres idées.
  • Le bâton de parole invite d’une part à préparer son intervention et d’autre part à faire un effort de conscientisation, de clarification :

"Suis-je au clair avec ce qui m’habite, ce que je veux dire et mettre en commun ?"

Le bâton de parole […] m’autorise seulement à parler de moi dans le registre du témoignage autour d’une idée, d’un fait, d’un ressenti, d’une résonance, d’un sentiment ou d’une croyance. »
(Jacques Salomé dans Pour ne plus vivre sur la planète TAIRE, 1997)