Edito

Cohérence et rigueur… certainement !

27.01.2005 20:57 par Test

Comme formateur ou animateur, ou simplement comme personne civile, que ce soit ans notre vie intime ou sociale, il peut nous arriver parfois d’oublier ou de ne pas toujours bien respecter des valeurs que par ailleurs nous défendons haut et fort et que nous enseignons dans des groupes de formation, ou bien que nous affirmons tout simplement dans notre milieu familial et professionnel.

Et il est toujours délicat, risqué et hasardeux, sinon difficile, de rappeler à quelqu’un ses propres « transgressions » ou les manquements dont il fait preuve en ce qui concerne les règles et les principes qu’il se donne. Ce genre d’intervention en direction de quiconque n’est généralement pas très bien accueilli. Il est le plus souvent vécu par celui à qui il s’adresse, comme un jugement de valeurs, une remise en cause personnelle ou une critique qui l’affecte, le blesse ou le persécute.

Il m’est arrivé, de me voir rappelé à l’ordre et qu’on me dise combien je pouvais parfois manquer de cohérence et de rigueur dans ma façon d’être, de m’exprimer ou même dans ma manière de tenir mes engagements et de les suivre. On a pu me reprocher de ne pas me montrer suffisamment vigilant, pour être et rester en accord justement, avec cette fameuse méthode ESPERE que j’ai initiée il y a plusieurs années. Il me semble que j’ai finalement toujours remercié, ceux qui avaient mis le doigt ou l’accent sur ma propre incohérence. A la longue, j’ai toujours été reconnaissant envers ceux qui avaient pointé ou souligné les quelques dérapages ou maladresses que j’avais pu commettre, même si dans un premier temps j’ai plutôt été irrité par leurs remarques. J’ai parfois ressenti leurs propos comme des intrusions « De quoi il/elle se mêle ? » - ou comme un coup de pied douloureux dans mon ego.

L’adhésion à l’Institut ESPERE (International depuis quelques mois) repose sur un contrat et un partenariat qui signe une appartenance à un mouvement associatif et confirme peut-être une identité respectable. Cette adhésion à renouveler chaque année, comporte, c’est vrai, un certain nombre d’exigences, parfois mal vécues par les familiers de l’approche ESPERE.

Car il fut une époque où nous nous connaissions pratiquement tous - on s’était rencontrés dans les mêmes stages, on avait assisté aux mêmes conférences, on s’était sentis passionnés pour les mêmes combats : le changement et le développement personnel, l’école, les soins de santé, l’entreprise, le couple, la famille, l’écologie… Aujourd’hui certains ressentent le questionnaire qui leur est soumis à chaque renouvellement de cotisation, comme un contrôle, une mise en demeure d’avoir à se justifier de leurs activités de formation, de leur prosélytisme ou de leurs diverses actions en faveur de la méthode : « Avez vous écrit des articles, participé à des émissions de radio, fait des conférences ? Combien de stages avez vous animés ? Combien de participants ? Avez vous suivi une supervision ?… »

Autant d’interrogations, de questionnements qui amènent chacun à se confronter avec sa propre cohérence personnelle et professionnelle.
C’est vrai qu’adhérer à l’Institut ESPERE International nous sollicite et nous implique peut-être plus que d’appartenir à une Association, une Amicale ou un Club comme il en existe beaucoup. C’est vrai que cet engagement nous oblige. Il nous contraint à un suivi, nous confronte à un « rendre compte » qui peut nous rebuter dans un premier temps, mais il peut aussi au fond, nous aider à mieux cerner et évaluer notre propre démarche et à garder justement, cette cohérence si indispensable, si nécessaire. L’activité d’animateur ou de formateur est un travail de solitude, même et surtout quand on travaille en groupe. De ce fait, être partie prenante d’un mouvement associatif de référence me semble important, souhaitable et peut se révéler stimulant, au-delà des contraintes que cette appartenance comporte.

J’assiste aux séances du conseil d’administration de l’Institut ESPERE International et je suis touché, émerveillé par l’enthousiasme de ces quelques 10 personnes qui donnent de leur temps, qui discutent, affinent, cisèlent chaque point des propositions faites ou des décisions prises. J’invite les adhérents de l’Institut, à venir les rencontrer lors du prochain Colloque à Paris les 2 et 3 avril 2005. Je les invite à venir échanger, à proposer - si telle est leur disponibilité -, à des personnes impliquées dans la pratique de la méthode ESPERE d’y participer en tant qu’observateurs, ceci pour se frotter à la dynamique de créativité qui se vit à chaque rencontre.

Etre adhérent de l’Institut ESPERE International me paraît représenter « un plus » en devenir, porteur d’une espérance qui est sans doute plus grande que la seule somme des apports individuels venant des personnes qui s’y retrouvent.

Revenir

Archives à consulter

Des éco-relations à l'école et ailleurs...

L’intérêt pour l’écologie fait partie de nos priorités si nous voulons préserver notre planète.

En savoir plus...

L'écologie relationnelle : oïkos logos et écoute de l'autre

Les 9 et 10 mai dernier, s’est tenu à Paris le Vème colloque de l’Institut ESPERE qui avait pour titre L’écologie relationnelle : un défi dès aujourd’hui et pour demain. J’avais proposé pour le présenter l’argument suivant : « Voilà bientôt une...

En savoir plus...

Fidèle à soi-même jusqu’au risque de la rupture

Donner des coups de ciseaux dans le tissu de la relation. Je dédie ce petit texte à Jacques Salomé, lui pour qui la fidélité à soi est une valeur suprême. Fidélité/infidélité. Une valeur morale et son strict contraire. Opposition binaire simpliste archi connue. À peine une pensée...

En savoir plus...

Nos blessures d’enfance : T.R.A.H.I.I.I !

« Nous sommes contemporains de nos douleurs les plus anciennes. » Henry Bonnier, Journal d’une conversion, Rocher 2005 Ce petit texte, sans autre prétention que de rappeler les principales blessures d’enfance (psychiques ou morales) dont nous sommes tous porteurs. Et proposer un petit...

En savoir plus...

Avoir un choix, faute d’avoir LE choix

Ne peut plus. N’a plus part à rien quelqu’un. Quelque chose contraint quelqu’un. […] On a cédé sa place à l'ombre, par fatigue, par goût du rond.[…] On n’a plus le regard de son œil.On n’a plus la main de son bras. On n’est plus veine, on n’envie plus. On n’est plus...

En savoir plus...

L’art de conjurer l’absence

Potier, sculpteur, écrivain/écrivant ou créateur de symboles : du pareil au même. Notre 4ème colloque ESPERE a eu lieu début juin 2007 à Paris. Une « belle succession de rencontres » a écrit Jacques Salomé.

En savoir plus...

Ce que la vie m’a appris

Ce que la vie m’a appris, surtout sur le tard de ma vie, c’est qu’elle était trop courte et qu’il fallait ne pas la gaspiller ou perdre du temps avec elle, mais tenter de la vivre à pleine vie. Vivre sa vie au présent sans s’enfermer ou se paralyser dans la nostalgie du passé, sans...

En savoir plus...

Natalis (Solis Invecti)

« L’Avent (adventus) définit le temps situé en amont de la Nativité. L’avent consacre le temps de l’avant arrivant. » Pascal Quignard dans Les Paradisiaques 2004

En savoir plus...

Croire les autres sur parole : la responsabilité de notre crédulité

Nous fondons nos attitudes et nos comportements relationnels sur des postulats (pour ne pas dire des croyances) dont nous n’avons pas toujours très bien conscience. Certains d’entre eux s’imposent à nous comme des évidences, quand ils ne nous aveuglent pas. Ils ont la vie plus ou moins...

En savoir plus...